Ecoles Beauséj. 2015 — 2019

Ecoles Beauséj.

AC-3–13: Appui à 4 écoles réculées à Beau-Séjour
Nom de l’action : AC-3–13: Ren­force­ment de la sécu­rité ali­men­taire à Beau-Séjour
Durée du pro­jet : 5 ans
Local­i­sa­tion de l’action : Sec­tion rurale de la com­mune de Léo­gane ; Haïti
Parte­naire local :  
    Union des organ­i­sa­tions paysannes pour le développe­ment de Beau-Séjour (UNOPDEB) ; Léo­gane, Haïti

Béné­fi­ci­aires : Tout d’abord 800 élèves de 4 petites écoles rurales à Beau Séjour, ainsi que leurs par­ents sont des béné­fi­ci­aires directs du volet can­tines sco­laires et jardins com­mu­nau­taires du projet.

Antécé­dents de l’action: Le parte­nar­iat entre l’Union des organ­i­sa­tions paysannes pour le développe­ment de Beau-Séjour et Objec­tif Tiers Monde a com­mencé en 2003 par la con­struc­tion de 10 petits cap­tages et s’est pour­suivie en 2004 par le pro­jet « Con­ser­va­tion du sol dans la région de Beau-Séjour » dans le cadre de l’accord cadre 2000–2004 et le pro­jet « Amélio­ra­tion de la sécu­rité ali­men­taire à Beau-Séjour » de l’accord cadre 2005–2009.
La présente action est réal­isée dans la con­ti­nu­ité de l’action « Amélio­ra­tion de la sécu­rité ali­men­taire à Beau-Séjour » qui cible la diminu­tion de la vul­néra­bil­ité des par­celles agri­coles et l’appui de la pro­duc­tion agri­cole locale.

Per­spec­tives de dura­bil­ité de l’action : En ce qui con­cerne les can­tines sco­laires : Au lieu de financer sim­ple­ment des can­tines sco­laires, une bonne par­tie de la sub­ven­tion accordée est util­isée pour la réal­i­sa­tion de jardins com­mu­nau­taires. Ce principe d’action est cer­taine­ment plus com­pliqué et dif­fi­cile à réaliser or il favorise l’autonomie des can­tines sco­laires à moyen terme et encour­age la con­som­ma­tion de pro­duits locaux et non de pro­duits ali­men­taires importés.
La présente action prévoit la mise en place de pépinières afin d’encourager la plan­ta­tion d’arbres fruitiers et forestiers favorisant l’indépendance ali­men­taire à long terme.
Finale­ment la mise en place d’une coopéra­tive agri­cole facilit­era la disponi­bil­ité d’intrants et les pos­si­bil­ités d’écoulement de la pro­duc­tion agri­cole de la pop­u­la­tion. La réal­i­sa­tion de ce volet est prévue à par­tir de la deux­ième année de l’action afin de pou­voir assurer l’établissement de procé­dures de fonc­tion­nement assur­ant la via­bil­ité à long terme de ce volet.