Eau potable 2015 — 2019

Eau potable

Appui à l’approvisionnement en eau potableet en élec­tric­ité à par­tir de sources renouvelables

 Approche de base

 Le domaine de l’approvisionnement en eau potable com­porte plusieurs volets :

  • La mise en place d’infrastructures d’approvisionnement en eau potable en milieu rural
  • La for­ma­tion et l’encadrement de tech­ni­ciens Haïtiens
  • La for­ma­tion des comités locaux en ges­tion des infra­struc­tures mis en place ainsi que la for­ma­tion en hygiène d’eau.

Les infra­struc­tures d’approvisionnement en eau potable peu­vent être, selon la sit­u­a­tion géo­graphique, très diverses :

  • Un cap­tage d’une source unique éloignée des habi­ta­tions et néces­si­tant des con­duites de trans­port vers des kiosques de dis­tri­b­u­tion. Le cas échéant, des bassins de stock­age et des con­duites de refoule­ment peu­vent s’avérer néces­saire. Une solu­tion se bas­ant sur un écoule­ment grav­i­taire est cepen­dant tou­jours préférable.
  • Lorsque la région dis­pose de nom­breuses sources, l’approvisionnement en eau potable peut se faire par la mise en place de plusieurs petits captages.
  • En présence d’une riv­ière, l’eau de celle-ci-peut être ren­due potable par la mise en place d’une sta­tion de pota­bil­i­sa­tion. Jusqu’à présent OTM Haïti n’a pas encore mis en place de telles sta­tions, mais la col­lab­o­ra­tion avec l’entreprise belge ALTECH ouvre cette possibilité.
  • En absence de source ou de riv­ière dans une région, la col­lecte de l’eau de pluie dans des citernes de stock­age peut être la dernière pos­si­bil­ité d’approvisionnement en eau potable. Une atten­tion par­ti­c­ulière devra cepen­dant être portée sur la pro­preté de l’eau.

La base pour assurer la dura­bil­ité des réal­i­sa­tions, est l’utilisation d’un matériel de bonne qual­ité. Dans le domaine de l’eau, il n’existe mal­heureuse­ment aucun impor­ta­teur en Haïti pour du matériel de bonne qual­ité et notam­ment des tuyaux PEHD. L’utilisation de ce matériel étant un des garants de la dura­bil­ité, il n’est pas oppor­tun de le rem­placer par du matériel de qual­ité large­ment inférieure (les tuyaux et acces­soires en PEHD ont une durée de vie min­i­male de 30 ans, alors que les tuyaux et acces­soires en PVC ont une durée de vie inférieure à 10 ans).

Mal­gré la grande charge de tra­vail pour les bénév­oles d’OTM Haïti en ce qui con­cerne le charge­ment des con­tain­ers, l’envoi du matériel à par­tir du Lux­em­bourg reste l’option priv­ilégiée (prix intéres­sants obtenus auprès des four­nisseurs, assur­ance d’avoir du matériel de bonne qual­ité, dédouane­ment sécurisé par les parte­naires). Vu la sit­u­a­tion poli­tique insta­ble en Haïti et l’absence d’une demande solv­able forte suite à la sit­u­a­tion économique, l’exportation de matériel de qual­ité par les pro­duc­teurs est forte­ment improbable.

Lors de la mise en place d’un sys­tème d’approvisionnement en eau potable ayant recours à des sys­tèmes de pom­page, il est impor­tant, tant pour des raisons économiques que du pont de vue de la dura­bil­ité, de recourir à des sources d’énergies renou­ve­lables. Essen­tielle­ment, deux sources sont à pren­dre en considération :

  • L’énergie hydraulique
  • L’énergie solaire

Il est à noter que, en ce qui con­cerne la vente et la four­ni­ture d’électricité à des par­ti­c­uliers, l’Etat Haï­tien pos­sède le mono­pole via l’entreprise EDH (Elec­tric­ité d’Haïti). La pro­duc­tion et l’utilisation d’énergie élec­trique n’est autorisé que dans le cadre d’activités com­mu­nau­taires (AEPA, écoles), publiques (éclairage publique,) ou à but social (Ate­liers des PFST).

Dans le cadre de chaque pro­jet, la sit­u­a­tion indi­vidu­elle devra être analysé et les autori­sa­tions néces­saires demandées.

L’entretien des infra­struc­tures et leur répa­ra­tion éventuelle néces­site une atten­tion continuelle.Pour assurer la dura­bil­ité des réal­i­sa­tions faites et pour per­me­t­tre un tra­vail autonome des tech­ni­ciens Haï­tiens dans le cadre d’autres pro­jets de développe­ment, non néces­saire­ment financés par OTM Haïti la for­ma­tion de nou­veaux tech­ni­ciens et la for­ma­tion con­tinue est très importante.

Un autre volet impor­tant dans la ges­tion quo­ti­di­enne des infra­struc­tures d’approvisionnement en eau pota­bles revient aux comités locaux. Une for­ma­tion en ges­tion s’avère néces­saire pour assurer la dura­bil­ité de l’approvisionnement en eau. Cepen­dant, il importe égale­ment de respon­s­abiliser la pop­u­la­tion elle-même. Vu les capac­ités de ges­tion des comités locaux et les struc­tures de sol­i­dar­ité au sein de la société Haï­ti­enne, il est oppor­tun de regrouper et de respon­s­abiliser les familles qui s’approvisionnent à par­tir d’un même kiosque ou d’une même source.