Création d’entreprises 2015 — 2019

Créa­tion d’entreprises

Ren­force­ment des capac­ités pour la créa­tion d’entreprises arti­sanales dans dif­férentes régions d’Haïti (AC-3–07)
Durée du pro­jet : 5 ans
Local­i­sa­tion de l’action : Diverses régions d’intervention d’OTM, essen­tielle­ment les com­munes de Car­refour, de Léo­gane, de Fonds Ver­rettes, de La Val­lée et de Port-salut dans les départe­ments de l’Ouest, du Sud-Est et du Sud en Haïti.
Béné­fi­ci­aires : Les jeunes entre­pre­neurs, en par­ti­c­ulier ceux des départe­ments de l’Ouest,du Sud-Est et du Sud.
Parte­naire local : Asso­ci­a­tion d’aide aux jeunes entre­pre­neurs d’Haïti (ASSAJEH)

Pro­jet :
 Dans le cadre de l’accord-cadre 2005–2009, OTM a encour­agé la créa­tion d’ASSAJEH et depuis sa créa­tion offi­cielle en 2006 a soutenu diverses activ­ités. Ainsi, dès 2005, la créa­tion d’un Ate­lier élec­tromé­canique à Sigue­neau a été soutenue. Le respon­s­able de l’atelier élec­tromé­canique inter­vient actuelle­ment essen­tielle­ment dans le cadre de l’entretien et la répa­ra­tion de réseaux d’approvisionnement en eau potable mis en place par OTM au cours des années précé­dentes, mais pas unique­ment. En effet, ses ser­vices sont égale­ment demandés par d’autres organ­i­sa­tions.
Dans la région de Café Lom­pré, un ate­lier de pro­duc­tion d’huile et la mise en place d’un Cyber­café ont été soutenu. Afin d’assurer l’approvisionnement de l’atelier à huile en graines oléagineuses, la plan­ta­tion de ricin dans la région de Ti Source a été appuyée.

Dans la région de Car­refour, une entre­prise de presta­tion de ser­vices admin­is­trat­ifs, entre­prise EPSAM a été soutenue. Depuis sa créa­tion en 2007, cette entre­prise a aidé les parte­naires d’OTM à rédi­ger les rap­ports de pro­jets et plus par­ti­c­ulière­ment les rap­ports financiers.

Per­spec­tives de dura­bil­ité de l’action : Dans le cadre de la sit­u­a­tion économique dif­fi­cile, la rentabil­ité des activ­ités reste un défi per­ma­nent. C’est pourquoi l’encadrement des jeunes et le sou­tien mutuel des mem­bres d’ASSAJEH revê­tent une impor­tance par­ti­c­ulière.
L’expérience des années précé­dentes a mon­tré que les prob­lèmes majeurs aux­quels les jeunes entre­pre­neurs sont con­fron­tés sont le manque d’un cap­i­tal de départ pour démar­rer leur activ­ité, le manque de locaux adéquats pour exercer cette activ­ité et le manque d’encadrement et d’appui.
Afin de remédier à cette sit­u­a­tion, OTM, au lieu de financer la con­struc­tion de locaux et des équipements néces­saires pour chaque entre­pre­neur indi­vidu­elle­ment, sou­tient la mise en place d’un cen­tre arti­sanal fonc­tion­nant comme « pépinière d’entreprises ». Ainsi, ce cen­tre arti­sanal regroupe sous un même toit des locaux disponibles spé­ciale­ment pour de jeunes entre­pre­neurs. En con­trepar­tie d’un loyer, com­pa­ra­bles à ceux pra­tiqués sur le marché, le jeune entre­pre­neur pourra utiliser un ate­lier du cen­tre et prof­iter ainsi des équipements en com­mun (généra­teur d’électricité, eau, …) au coût des frais réelle­ment encouru.
En effet, dès le démar­rage de son activ­ité, il importe que le jeune entre­pre­neur soit con­fronté, et affronte la réal­ité du marché de son secteur d’activité.
Néan­moins, le loyer payé par le jeune entre­pre­neur est versé sur un compte par­ti­c­ulier blo­qué jusqu’à expi­ra­tion du bail. A la fin du bail, le jeune entre­pre­neur peut dis­poser de la somme verser comme loyer comme cap­i­tal de départ pour con­stru­ire, acheter ou louer son pro­pre local. Ainsi il économise lui-même son cap­i­tal de départ.
En outre, à l’aide du fonds de roule­ment et grâce à la mise en place de con­tacts avec des organ­ismes de micro-finances, un finance­ment d’appoint si néces­saire est pos­si­ble.
Par la mise en com­mun d’un cer­tain nom­bre d’équipements, leur entre­tien et des répa­ra­tions éventuelles sont plus faciles.
De plus, le regroupe­ment des jeunes entre­pre­neurs sous un même toit d’une « pépinière d’entreprises » facil­ité et encour­age l’entraide et les échanges mutuelles.
Par l’accompagnement et de for­ma­tions dis­pen­sées par des entre­pre­neurs expéri­men­tés d’Haïti ou d’Europe, les jeunes sont encadrés et peu­vent ainsi prof­iter du savoir et des expéri­ences d’entrepreneurs qui ont fait leurs preuves.